Bureau de l’égalité femmes et hommes de l’Université de Berne (AfG)

La Faculté vetsuisse a l’ambition d’aider les collaboratrices et collaborateurs à concilier carrière et vie de famille. La Faculté a conscience du fait que vous vous engagez non seulement dans une activité professionnelle, mais aussi dans la gestion de vos enfants, de votre couple, dans le soin de vos proches et dans d’autres missions de bénévolat.

Sur la base des mesures de promotion et des Informations du bureau de l’égalité femmes et hommes de l’Université de Berne (AfG), nous vous proposons un aperçu des thématiques et des différents outils mis à disposition pour faciliter la compatibilité entre vie de famille et vie professionnelle.

La famille et la garde d’enfants à l’Université de Berne

La fondation Kinderbetreuungsangebot Hochschulraum Bern KIHOB encourage et se charge de la garde complémentaire et de l’accompagnement des enfants des membres de l’Université de Berne. Que faire en cas d’urgence ? Vous préférez confier votre ou vos enfants à une nounou ? Pour des réponses à ces questions, suivez ce lien (en allemand).

L’Université s’efforce aussi de créer des lieux de convivialité pour les enfants et les familles : il y a ainsi par exemple une salle d’allaitement, une pièce enfants-parents ou encore une offre de chaises hautes pour enfants dans certaines cantines de l’Université. Pour connaître l’emplacement et les consignes d’utilisation des infrastructures destinées aux familles, cliquez ici (en allemand).

En cas de difficultés financières en relation avec la compatibilité entre vie professionnelle et familiale ou avec la formation continue, vous avez la possibilité de demander différentes bourses au canton ou à des fondations. Faites-vous une vue d’ensemble de l’offre ou demandez conseil à un expert. Pour tous les autres détails sur ce sujet, suivez ce lien (en allemand).

Partenariat

La manière dont unir la garde de vos enfants ou le soin à vos proches à votre vie professionnelle vous pose problème ? Le service pour l’égalité propose un coaching en compatibilité entre vie professionnelle et familiale aux collaborateurs en coopération avec le « Service ET – Famille et activité salariée pour hommes et femmes ». Profitez d'un coaching individuel ou avec votre conjoint-e ! Lors du coaching, vous aurez l’occasion de réfléchir sur votre situation et de trouver de nouvelles approches de solution et actions afin d’améliorer la compatibilité entre vie professionnelle et famille/vie privée. Pour plus d'informations et pour s’inscrire au coaching, suivez ce lien (en allemand).

Le Welcome Center est un service centralisé d’informations et de conseil pour les nouveaux chercheur-se-s et pour le corps enseignant et leurs familles. Il propose des solutions concrètes pour la période avant et pendant votre séjour à Berne et vous donne des conseils sur des sujets comme la recherche d'un logement, la caisse maladie, la planification du budget, des cours d'allemand, la garde d’enfant et les défis similaires. Toutes les informations sur le Welcome Center sont disponibles ici (en allemand).

Modèles de temps de travail flexibles

Le service pour l’égalité propose des conseils sur divers modèles de temps de travail flexibles. Vous pouvez également vous adresser au service des ressources humaines, une société de conseil externe ou auprès du service juridique de l’Université de Berne. L’Université de Berne a en outre élaboré une circulaire et des directives sur le partage du travail. Il existe également des réglementations sur le télétravail et les congés payés et sabbatiques. Cliquez ici (en allemand).

Si vous souhaitez un entretien personnel sur l’un de ces sujets, veuillez vous adresser à la coordinatrice en égalité de la Faculté Vetsuisse silvie.klein-franke@vetsuisse.unibe.ch

Pour plus d'informations sur ce sujet, suivez ce lien (en allemand).

Missions principales
L’Université de Berne a défini les sept piliers suivants pour l’égalité entre hommes et femmes :

1) Compatibilité entre vie professionnelle/études et vie privée/familiale
L’Université de Berne a conscience que les carrières professionnelles et scientifiques de ses étudiant-e-s, scientifiques et autres collaborateurs et collaboratrices sont influencées par des circonstances familiales, privées et afférentes à leur poste. Toutes ces personnes s’engagent non seulement dans une activité professionnelle, mais aussi dans la gestion de leurs enfants, du couple, dans le soin des proches et dans d’autres missions de bénévolat. L'Université de Berne a l’ambition de soutenir ses collaboratrices, collaborateurs et étudiant-e-s dans ces situations de vie par des conditions de travail et d’études adaptées.

2) Assurance qualité et égalité des chances à l’embauche
L’Université de Berne s’est fixé pour but d’atteindre un quota de 25 % de femmes parmi le corps enseignant d’ici l’horizon 2020. Avec un taux actuel de femmes de seulement 20 % en tant que professeures ordinaires et extraordinaires, elle est encore bien au-dessous du but fixé. Une approche majeure réside dans l’assurance qualité de la procédure d’embauche. Des procédures d’embauche justes et transparentes augmentent l’égalité des chances. L’Université de Berne a rédigé un guide à cet égard « L’égalité des chances dans la procédure de recrutement » (en allemand) et dispose de directives réglementaires. Ces dernières régissent notamment le fait que les commissions de recrutement doivent comporter un ou une membre agissant en qualité de délégué-e en égalité. Un-e représentant-e du Service pour l’égalité a également mandat de conseil dans ces commissions. Le Service pour l’égalité met les documents à la disposition des commissions de recrutement et propose des ateliers sur l’égalité des chances dans la procédure de recrutement.

3) Plans de carrière à l’aide de programmes de tutorat
Le tutorat, un outil de promotion ciblée de la relève, motive les femmes scientifiques à planifier leur parcours universitaire et à ne pas en dévier. L’Université de Berne propose une offre spécialement dédiée aux femmes, qui s’adresse à divers groupes cibles et qui s’appuie sur un soutien financier de l’Université de Berne, du programme fédéral pour l’égalité des chances et du Fonds national suisse.

4) La fin des stéréotypes dans le choix des études
Le choix d'une filière reste encore profondément marqué par des considérations sexistes. Ainsi, les femmes qui choisissent d’étudier l’économie, l’informatique ou la physique sont encore une minorité. A contrario, le taux d’hommes en médecine vétérinaire ou en sciences théâtrales est quant à lui de seulement 20 %. On appelle cette différence de répartition des sexes entre matières et disciplines « ségrégation horizontale ». Le Service pour l’égalité s’engage afin de casser les stéréotypes et donc de réduire cette ségrégation horizontale.

5) Discrimination
L’Université de Berne s’engage en faveur d’un environnement libre de toute discrimination. Ceci s’applique notamment aux discriminations sexistes et aux abus sexuels (harcèlement sexuel) : Nous avons tous le droit à la protection de notre intégrité privée sur le lieu de travail et dans les études et au respect de nos frontières. De plus, l’Université de Berne a l’obligation légale de protéger ses membres contre toute forme de harcèlement sexuel. Les supérieur-e-s hiérarchiques sont notamment tenu-e-s d'observer et de réagir.

6) Stéréotypes
Les stéréotypes sont des préjugés simplifiés sur des gens, qui définissent la perception d'une personne. Ils se basent sur des modèles et des considérations qui ne font plus l’objet de questionnement au quotidien. Dans la recherche, on dit des stéréotypes qu’ils réduisent les incertitudes et sont des aides à l’orientation dans un monde complexe en constante mutation. La recherche explique également qu’ils fixent définitivement les caractéristiques de certaines personnes et groupes et reproduisent donc les valeurs culturelles et sociales dominantes qui sont associées à des privilèges et des inégalités.

7) Promotion de la relève
« Les femmes ne veulent pas faire carrière dans les sciences » ? À l’Université de Berne, le nombre de femmes qui arrêtent leur carrière universitaire est bien plus important que celui des hommes (ségrégation verticale). Cette « leaky pipeline » est due à différents obstacles que les femmes rencontrent fréquemment. Le mythe selon lequel les femmes choisissent elles-mêmes d’abandonner leur carrière universitaire perdure, bien qu’il soit réfuté par diverses thèses. Les femmes continuent de rencontrer différents obstacles dans leur carrière universitaire. Il s’agit de phénomènes variés tels que :

  • Les femmes scientifiques en phase post-doctorat sont plus sollicitées pour réaliser des missions administratives que les hommes. Elles disposent donc de moins de temps à consacrer à leurs propres recherches et à leur évolution
  • Le nombre de femmes travaillant sur des thèmes interdisciplinaires, dont la réputation est moins bonne, est plus élevé que celui des hommes
  • Les chercheuses ont moins de chances d’obtenir des financements externes
  • Les femmes sont plus souvent considérées comme responsables des aspects de compatibilité entre vie professionnelle et privée que les hommes. Elles perdent donc du temps précieux dans leur parcours universitaire
  • Les femmes sont souvent moins soutenues par leurs supérieur-e-s hiérarchiques, surtout lorsqu’elles ont des enfants
  • Lors des recrutements, les candidates conviées à un entretien pour un poste de professeure sont moins nombreuses que les candidats

Cours
Le programme de cours de l’AfG complète l’offre de formation continue cantonale et universitaire. Il s’adresse notamment aux jeunes scientifiques avancé-e-s, mais également aux membres de l’administration, aux étudiant-e-s ainsi qu’aux hommes et femmes avec des charges familiales.
Programme de cours (en allemand)

Offres de conseil
L’AfG donne des conseils tant aux unités universitaires qu’aux particuliers (étudiant-e-s, assistant-e-s, professeur-e-s, employé-e-s administratif-ve-s) concernant toutes les questions sur l’égalité. L’AfG est l’interlocuteur privilégié des membres de l’Université qui ressentent une discrimination en raison de leur sexe. En concertation avec les personnes en recherche de conseils, l’AfG peut collaborer avec d’autres services de l’Université. Les discussions ont toujours lieu sous le sceau de la confidentialité.

Newsletter
La newsletter électronique « Égalité à l’Université de Berne » paraît une à deux fois par semestre et donne des informations sur les dernières actualités en matière d’égalité à l’Université de Berne et au-delà. Elle contient des informations sur les projets, nouvelles études et manifestations organisées autour des thèmes de l’égalité et du genre.